•  
  •  

La reconnaissance au travail est un jugement posé sur la contribution du travailleur en terme de pratique de travail et en terme d'investissement personnel, de mobilisation dans le travail. La reconnaissance permet aussi d'évaluer les résultats du travail et de les souligner.

Je propose un certain nombre de pratiques de reconnaissance, inspirés par les travaux et les recherches du professeur Brun de l'Université de Laval, au Québec. Dans les organisations, elles ont des effets positifs sur les employés, les établissements et les "clients". Elles permettent l'amélioration de la santé mentale des employés, en participant à la lutte contre les problèmes de stress dus à l'existence de rapports humains dysfonctionnels dans le cadre du travail.
Je propose aussi des cours de formation continue dans le domaine.
Durant une journée, les participants sont amenés à faire connaissance avec l'ensemble des pratiques de reconnaissance, au moyen d'un exposé présentant les principaux concepts en la matière. Un certain nombre d'ateliers permettent de proposer des réflexions plus pratiques sur la reconnaissance dans son propre milieu professionnel. Les participants sont également conviés à réfléchir directement à ce qu'ils pourrait faire dans leur quotidien afin d'instaurer la reconnaissance dans leur propre organisation.
La reconnaissance doit s'intégrer aux habitudes de vie des employés, des gestionnaires et des dirigeants, ainsi qu'aux pratiques courantes de gestion des ressources humaines et d'organisation du travail.
Dire : "Bonjour", "merci", "c'est bien" ,"ce n'est pas bien",... et toujours considérer que l'on a un être humain en face de soi sont des pratiques concrètes de reconnaissance. Elles semblent aller de soi et pourtant, malheureusement, ce n'est pas toujours le cas.
La reconnaissance pour être efficace devrait se pratiquer sur une base quotidienne régulière. Elle peut se manifester à l'individu ou au groupe, en public ou en privé. Du point de vue de celui qui la mérite, la reconnaissance a une valeur symbolique, affective et concrète, financière parfois.Correctement appliquée, elle permet une plus grande efficacité des organisations et une meilleure santé des employés ainsi qu'un degré de satisfaction au travail maximal.
   


Pour le philosophe Axel Honneth, la lutte pour la reconnaissance est le moteur des sociétés démocratiques et nous voulons tous être reconnus. Le sentiment que la contribution de chacun est utile et prise en considération dans la sphère du travail et des valeurs est un principe fondamental de notre monde.Tous nos rapports à autrui sont traversés par des attentes de reconnaissance. Les recherches du professeur Brun de l'Université de Laval permettent une mise en application quotidienne de la reconnaissance.